Le circinusophile, le collectionneur de compas.

IMG_3906

Etage de l’Abbatiale du Ronceray, Exposition Bicentenaire Arts et Métiers 2015, Angers.

 

Que ce soit chez l’élève ou l’ouvrier, le compas est devenu un outil indispensable. En effet, l’enseignement technique demande une réalisation, fine et précise, de dessins ou d’exercices qui se réalisent avec des outils tel que le compas.

Le compas peut-être fabriqué à l’aide de différents matériaux comme le bois et l’acier. Il peut-être également représenté de formes variées (arrondies ou linéaires). Dans la première vitrine, nous pouvons constater que certains créateurs ont souhaité apporter une touche d’originalité à leur compas en leur attribuant des jambes de femmes. Ce type d’objet, à connotation érotique, fait rire plus d’un visiteur.

Les photographies présentées sur les différents panneaux montrent différents corps de métiers qui utilisent le compas quotidiennement. Dans le domaine de la sculpture, le tailleur se sert du compas pour dessiner les traits de ses œuvres, dans le but d’être le plus précis possible. Dans le domaine de la poterie, l’artisan va utiliser un compas, d’ôté de bouts arrondis, pour créer des objets de formes ovales ou arrondies

Cependant, le progrès technologique a pris une place de plus en plus importante avec le temps. Le compas « physique » a donc une place dorénavant secondaire . Afin de conserver ce matériel au sein de l’ingénierie, de nombreux ouvriers continuent et persistent à utiliser cet objet.

Contrairement aux compas professionnels, les compas « scolaires » sont tous de taille similaires (contrairement à ceux utilisés par les corps de métiers cités précédemment). Nous pouvons le voir dans l’une des vitrines, que les compas sont de tailles réduites et généralement rangés dans des boîtes qui leurs sont propres. Le compas d’écolier est le plus souvent en acier ou plastique, et non en bois. Même si au temps de nos parents, il était plutôt en bois.

Cette collection de compas, gracieusement confiée pour l’exposition, nous provient de Monsieur René Vestraete. Ce collectionneur de compas, appelé circinusophile, est aussi passionné que perfectionniste. Il a en sa possession plus de 1200 compas différents. Nous avons accepté pour l’exposition un prêt de 300 compas.