Les Aloufs

aloufs détourées

Ces Aloufs ont été conçus par les Gadzarts Lusteau, Petit et Batier des promotions An 155 à 159. Il est inscrit sur chacune des quatres faces de celles-ci :
-Les conscrit Lusteau/Petit num’s 76/num’s __ s’excusent auprès de leur vénérable et vénérable ancien Batier.
-Le conscrit Batier num’s 2 s’excuse auprès de son vénérable et vénéré ancien Schimchelevitz.

L’alouf qui veut dire allumette en argot gadzart, est un rite de passage donné par l’ancien à son conscrit. Le conscrit doit rendre hommage à son ancien en rédigeant de courtes phrases sur les quatre faces de l’allumette. Une tradition qui demandait du temps et de l’application, souvent peu apprécié des conscrits, car l’ancien pouvait en demander jusqu’à 150. L’objectif de la manœuvre était en faite de former le conscrit à s’appuyer sur ses camarades et de partager le travail afin de ne pas avoir a réaliser les 150 aloufs à lui seul.
Cette tradition était présente dans tous les centres et n’est plus à ce jour maintenue.

Les Aloufs servaient aussi d’unités de mesure (alouf, alouf-carrée).